LE SUCCES CONTINUE

La 7ème édition de Le Mans Classic, organisé conjointement par Peter Auto et l’Automobile Club de l’Ouest, a tenu toutes ses promesses avec une fréquentation toujours en hausse et le cap des 110 000 spectateurs dépassé. La météo était également au rendez-vous dès le vendredi avec un ciel azur et des températures élevées pour l’ouverture matinale des portes du circuit.

Ainsi le public déjà nombreux profitait pleinement du Village et de ses animations, des nombreuses expositions – Le Mans Heritage Club, Les Grands Carrossiers Français, Les Innovations Technologiques, les nombreux clubs (180 représentants environ 80 marques avec 8000 voitures) et, plus tard dans la soirée, le nouveau cinéma Drive In avec la diffusion de grands classiques du cinéma ‘‘automobile’’sur deux jours : Un Homme et Une Femme, Bullitt, Le Mans et Weekend of a Champion. A 15h00, débutaient les essais de jour, puis de nuit, pour les 450 bolides historiques engagés et les plus de 1000 pilotes venus du monde entier (plus de trente nationalités), dont sept anciens vainqueurs des 24 Heures.

Samedi, des cieux chargés recouvraient la Sarthe, mais accordaient un répit pour le départ de Little Big Mans donné par le Jamaïcain Yohan Blake (second performer de tous les temps sur 100 mètres et partenaire Richard Mille). Que des gagnants pour cette parade et l’occasion pour Alain Figaret – Habilleur Officiel de ces pilotes en herbe âgés de 7 à 12 ans -, aux côtés de Richard Mille et EFG, de récompenser le fair-play et l’esprit d’équipe des jeunes participants. Une fois les bolides miniatures (près de 100) lancés pour leur tour de parade, leurs aînés du plateau 1 des voitures d’Avant-guerre (1923-1939) se préparaient pour le départ officiel de la 7ème édition de Le Mans Classic. Ainsi à 17h00, Sébastien Loeb (nonuple Champion du Monde des Rallyes et partenaire Richard Mille), présent pour la première fois sur l’évènement, abaissait le drapeau tricolore, libérant hommes et machines partant à l’assaut des 13,629 km du circuit des 24 Heures. La course pour les six plateaux couvrant les périodes de 1923 à 1979 était lancée jusqu’au lendemain. La fête dans les paddocks prenait une nouvelle dimension invitant le public à plonger au cœur de cette magistrale rétrospective de la plus grande course d’endurance.

Quelques heures plus tôt, les premiers coups de marteau avaient résonné dans l’antre d’Artcurial Motorcars. A la Vente Automobilia entamée à 11 heures, succédait celle réservée aux automobiles à 14 heures.Sous le marteau de Maître Poulain, qui célèbre 45 ans de carrière dont 40 ans de ventes automobiles, la vacation totalisait 13 264 345 euros, dont 13 057 760 euros pour la section consacrée aux voitures de collection. Un record au Mans Classic ! Pendant les 7 heures, 148 lots d’Automobilia et 111 lots de voitures de collection ont été proposés aux enchères. Le plus haut montant se portant sur une Mercedes-Benz 300 SL Roadster (1961) avec Hard Top vendue à 1 115 600 euros. 82 % des lots ont trouvé preneur, un tiers des voitures dépassant les 100 000 euros. Devant une salle comble et enjouée de plus de 2000 personnes, les enchères se sont enflammées sous de multiples applaudissements. Notons parmi eux la participation de 15 % d’américains et 52 % d’européens (hors France) ainsi que la présence de 250 enregistrants sur Artcurial live bid.